Hello les amis !

 

Actuellement, je suis en seconde année de Licence en Etudes Culturelles. Une licence peu connue, peu répandue et assez récente (sa création date de quelques années seulement). Cette licence appartenait à l’origine à celle d’info-com, mais ils ont décidé de faire deux licences bien distinctes. Et par le biais de cette article, je voulais la présenter en détails, notamment les cours qui sont variés, qui peuvent changer d’une année à une autre au niveau des Travaux dirigés notamment afin de, peut-être, vous donner envie. Je mettrais en rouge les TD que j’ai suivi.

 

La Licence Etudes Culturelles.

 

SEMESTRE 1

 

Cette unité d’enseignement s’intéresse aux relations entre les phénomènes culturels et leur place dans la société, la culture étant tout à la fois un reflet du monde social et une manière de construire celui-ci.

Elle est composée de trois éléments pédagogiques :

– Le CM « Culture et Civilisation » sera une introduction à l’étude interdisciplinaire de la culture dans son contexte socio-économique et historique (R. Williams, D. Hebdige, etc.).

– Le CM « Approche sociologique de la notion de culture », à poursuivre au semestre 2, montre comment la notion de culture est devenue un concept scientifique opératoire en sociologie et en anthropologie.

– Les TD, à travers l’examen de supports et d’objets artistiques variés, concourent à la mise en valeur des questions abordées en CM.

UFT10 Transverse 1

 

Elle comprend, pour le premier semestre, quatre éléments pédagogiques :

– Langue vivante (12 heures)

– C2I

– Méthodologie universitaire (12 heures)

– Projet personnel et professionnel (PPP, 6 heures)

Approche sociologique de la notion de culture

 

À partir de l’étude de la première moitié du livre de Denys Cuche intitulé La notion de culture dans les sciences sociales, nous tenterons de retracer l’histoire de l’usage de la notion de culture (depuis la Renaissance et la pensée des Lumières) et comment l’anthropologie et la sociologie naissantes ont employé ce terme du XIXe siècle jusqu’à l’orée des années 60.

A lire : Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales, La Découverte, coll. « Repères » (édition impérative)

Pratiques culturelle contemporaines

 

L’étudiant choisit l’un des groupes suivants :

Gr. 1 : Le troisième âge d’or télévisuel

Ce TD, en reprenant l’expression de Brett Martin, se focalisera sur le développement de la narration sérielle à la télévision américaine de la fin des années 1990 à nos jours.

Il sera ici question d’étudier le système de production des séries télévisées américaines à travers le développement des différents supports de visionnage mais également le développement des différents programmes aujourd’hui considérés comme de véritables œuvres d’art. Des grands créateurs comme David Chase, David Simon, Matthew Weiner ou encore Tom Fontana, au récent développement du binge watching via Netflix en passant par les parallèles entre cinéma et télévision, ce TD aura pour objectif de sonder en profondeur ce qui fait aujourd’hui le succès et l’estime portée au genre sériel. Ce TD comportera également une partie importante d’analyse filmique, notamment sur la conception des génériques d’ouverture et de leur capacité à conditionner le spectateur mais aussi sur le développement des techniques de tournage empruntées au genre cinématographique.

Gr. 2 : Ce TD permet de voir à l’œuvre la notion de culture dans trois domaines contemporains : la télévision, la presse (généraliste, culturelle et de « jeunesse ») et la littérature (« pure », « commerciale » et « francophone »). À travers l’étude de documents, les étudiants seront amenés à analyser la diversité des modes de légitimation des productions culturelles et à mieux comprendre ce qui les hiérarchise.

Gr. 3 : Pratique culturelle de masse, le sport incarne les valeurs les plus nobles auxquelles aspire notre société, autant que ses fantasmes et ses pires névroses. A travers des documents précis (textes, témoignages, films), nous interrogerons le sport en tant que miroir de la société.

Culture et Civilisation.

Ce cours magistral, après s’être appliqué à marquer la distinction entre la notion de « culture » et celle de « civilisation », s’organisera autour de la lecture et du décryptage de l’ouvrage de Sigmund FREUD intitulé Malaise dans la civilisation, ouvrage qui servira de point d’ancrage à une réflexion pluridisciplinaire sur les fins et les moyens du processus de civilisation.

A lire : Sigmund FREUD, Malaise dans la civilisation, Seuil, coll. « Points Essais », traduction de Bernard Lortholary (édition impérative)

Cinéma et société

 

A travers la problématique de la représentation des banlieues au cinéma, des années 1950 à nos jours, ce cours d’initiation a pour vocation de s’intéresser aussi bien à des questions d’histoire que d’analyse pour étudier le phénomène social des banlieues françaises à partir d’extraits de films de fiction. Corpus : Une partie de campagne, Mélodie en sous-sol, Le Chat, Deux ou trois choses que je sais d’elle, Les Valseuses, De bruit et de fureur, La Haine, Ma 6-T va crack-er, Le Thé au Harem d’Archimède, Le Plus beau métier du monde, Samia, Tout ce qui brille, De l’autre côté du périph.

 

Langage du spectacle

 

Gr. 1 : Approche du langage scénique (décors, costumes, accessoires, espace…) à travers la découverte de « Œdipe roi » de Sophocle traduit par Jean et Mayotte Bollack (Les éditions de Minuit) et l’étude d’un spectacle à voir à l’amphithéâtre Déléage de l’Université de Lorraine à Nancy, le mardi 17 novembre à 20h30.

Gr. 2 : À partir de de « Pièces de Guerre (tome 1) » d’Edward Bond et  « Contrôle » de Perrine Maurin et Gurshad Shaheman nous étudierons les différents langages du texte et de la mise en scène

Groupe 3 : D’un langage à l’autre : du texte à la scène. Sur chaque pièce étudiée (Genet, Molière, Visniec, Copi, Gunzig), une approche comparative dynamique (analyse, maquettes, mises en espace) sera menée sous forme d’une double étude : dramaturgique vs scénographique.

Scènes et écrans de jeunesse

 

Dinosaures à l’écran : la jeunesse à l’épreuve du gigantisme 

La culture de jeunesse s’est offert le bénéfice de figures qui semblent partiellement désintéresser ou déserter le monde adulte (hors spécialistes), comme s’il fallait conserver à la jeunesse des territoires spécifiques, distincts. Le dinosaure entrerait dans cette catégorie culturelle. Pourquoi ? C’est ce que ce cours cherchera à comprendre à travers la représentation des dinosaures dans la production d’images animées. Quel besoin avons-nous, adultes, de livrer les dinosaures en pâture à nos enfants (et inversement) ? Nous verrons quelles problématiques sont mises en œuvre dans cette confrontation de la jeunesse au gigantisme d’un âge auquel nous n’appartenons pas.

À voir : Don Bluth, Le Petit dinosaure et la vallée des merveilles, 1988 et Steven Spielberg, Jurassic Park, 1993.

 

 

Sémiologie

 

À partir de l’ouvrage au programme, nous examinerons comment les signes (c’est-à-dire les objets ou les phénomènes qui produisent du sens) qui remplissent l’existence de l’homme constituent ce que l’on nomme la « culture », et comment l’étude des systèmes de signes peut amener à une anthropologie culturelle.

À lire : U. Eco, Le Signe, Paris, Le Livre de Poche, collection « Biblio Essais », 1992.

 

L’image cinématographique

 

Le CM proposera d’aborder l’écriture et l’interprétation des images omniprésentes dans notre société moderne. De nombreux supports images seront évoqués et étudiés. Cependant, nous évoquerons plus particulièrement le cas de l’image cinématographique qui occupe une place spécifique et dans ce cadre, nous aborderons les notions de représentation et de réception.

À lire : Introduction à l’analyse de l’image de Martine Joly, Paris, Armand Colin, collection 128, 2009

 

Analyse des objets culturels

 

Gr. 1 :

Ce TD porte sur la production de « mythes » culturels à partir de la notion de sens commun ou doxa. À travers des exemples précis, il se concentre sur la doxa scolaire et politique pour mieux interroger les notions de texte, d’image, d’auteur et de littérature. Les exercices porteront également sur des notions hétérodoxes telles que corps de l’écrivain, intermédialité ou encore littérature francophone en France.

Gr. 2 :

Monstruosités et autres altérations du corps humain

L’altération du corps humain, qu’elle provienne d’une maladie, d’un accident ou d’une particularité de naissance, fait l’objet d’une attention particulière dans la société et dans les représentations culturelles : le milieu médical s’en préoccupe dans une optique descriptive et thérapeutique, les institutions chargées de la santé dans une perspective informative et préventive, les médias la traitent en mêlant information, prévention (épidémies) et sensationnalisme, les arts visuels la construisent comme un objet spectaculaire capable de fasciner, d’horrifier, d’inspirer la pitié, certains genres manifestant d’ailleurs un goût particulier pour le potentiel narratif et esthétique des corps en situation extrême (science-fiction, horreur…). Ces représentations s’inscrivent du reste dans une historicité et évoluent en fonction des contextes sociaux, géographiques et culturels où elles prennent place. Quelles intentions président à leur construction ? Quel discours se dessine en creux sur le corps « normal », « sain », voire « beau » ? Il s’agira dans ce cours de réfléchir à la manière dont des discours divers (littérature, cinéma, bande dessinée, presse écrite et audiovisuelle, photographie…) mettent en scène le corps altéré et construisent sa signification.

 

UE d’ouverture (x2)

 

 Disciplines aux choix très variés et appartenant à d’autres licences.

 

SEMESTRE 2

 

Cette UE s’intéresse aux sur les relations entre les phénomènes culturels et leur place dans la société, la culture étant tout à la fois un reflet du monde social et une manière de construire celui-ci.

Elle est composée de trois éléments pédagogiques :

– Le CM « Introduction aux Cultural Studies » sera une introduction à la naissance de cette discipline en Grande-Bretagne dans les années 1960 (Hoggart, Hall, Thompson, etc.) et à la façon dont elle peut encore résonner aujourd’hui dans la pensée française et la pensée du contemporain.

– Le CM « Approche sociologique de la notion de culture », poursuite du CM du semestre 1, montre comment la notion de culture est devenue un concept scientifique opératoire en sociologie et en anthropologie.

– Les TD, à travers l’examen de supports et d’objets artistiques variés, concourent à la mise en valeur des questions abordées en CM.

 

UFT20 Transverse 2

Elle comprend, pour le premier semestre, quatre éléments pédagogiques :

– Langue vivante (12 heures)

– C2I

– Méthodologie universitaire (12 heures)

– Projet personnel et professionnel (PPP, 6 heures)

 

Approche sociologique de la notion de culture
Anthropologie culturelle

Gr. 1 : Pratiques et croyances humaines à la loupe

L’être humain possède des besoins essentiels que nous connaissons bien. Si manger, boire et dormir garantissent notre survie, « croire » nous est-il aussi primordial ? L’Homme peut-il se définir en tant qu’homo religiosus ? Ce cours est pensé comme un espace d’échanges alimentés par des présentations orales, et proposant une réflexion commune sur ce qui fait de l’Homme un Être. Nous discuterons plus particulièrement de notre capacité à croire, à rêver ou à s’illusionner afin de comprendre comment s’établissent aujourd’hui de nouvelles religiosités.

Gr. 2 :  L’animal dans le monde contemporain : représentations, réalités et questions

Les frontières que l’on trace entre animalité et humanité, nature et culture, ou encore les questions que l’on se pose sur l’animal, cet « autre » radical,  les définitions et les fonctions qu’on lui assigne (sauvage ou domestique, de compagnie ou de boucherie…) sont révélatrices de la manière dont la société se comprend elle-même, de sa vision du monde et de ses pratiques. C’est ce qu’on essaiera d’étudier à travers différentes représentations et discours sur l’animal (artistique ou littéraire, mais aussi philosophique, scientifique ou juridique), contemporains mais aussi à l’occasion plus anciens, à partir de supports variés.

Gr. 3 :  Mythes et Pop culture

A lire : Roland Barthes, Mythologies.

Gr. 4 :

Le TD se propose d’analyser les principales évolutions des représentations de la Shoah dans le cinéma de fiction et le documentaire de 1945 à nos jours en fonction de l’époque, du lieu de production et de la recherche historique  (principalement  Etats Unis et Europe)

 

Introduction aux Cultural Studies

Ce cours a pour objet d’introduire les étudiants au champ des études culturelles, depuis leur naissance dans les années 1960 en Angleterre, jusque dans leurs prolongements et renouvellement dans la pensée française contemporaine. On y étudiera notamment les notions de culture populaire, culture de masse, domination et hégémonie culturelles en s’appuyant sur les textes majeurs des études culturelles.

 

 

Technique du récit

Dans ce CM il s’agira d’aborder les différentes techniques d’écriture du récit, quelle narration, quel point de vue, quelle « focalisation » et angle de vue, quelle structure temporelle, narrative, etc. tout en retraçant une forme d’histoire de l’écriture du récit et de ses usages.

 

Ecrire les récits

Dans ce TD, il s’agira de pratiquer l’écriture du récit : à la fin du semestre, vous aurez livré soit une ébauche de récit dans ses grandes lignes (personnages, séquences, logique narrative, etc.) dans le TD de M. Rémy ; soit vous aurez pratiqué diverses formes de l’écriture du récit (conte, pastiche, roman noir, roman réaliste, etc.) afin de constituer un kaléidoscope de pratiques narratives, pouvant dériver sur l’écriture d’un texte complet dans le TD de M. Baudry.

Un article arrivera pour vous présenter mes propres écrits fait lors de ce cours.

Ecriture et réécriture

Gr. 1 : Robinsons et robinsonnades

La publication en 1719 de Robinson Crusoë de Daniel Defoe marque la naissance d’un mythe essentiel de la modernité. Les réécritures de cette fiction, qui se sont multipliées au fil des époques et jusqu’à aujourd’hui, sont autant de manières de rêver, à travers les relations entre Robinson, Vendredi et l’île déserte, les rapports entre soi, l’autre et le monde. Le TD envisagera un certain nombre de ces robinsonnades et mettra les étudiants en situation de produire, sous la forme d’un récit bref, leur propre version de l’histoire de Robinson. A lire : Michel Tournier, Vendredi ou Les Limbes du Pacifique (Folio).

Gr. 2 : Let’s play !

L’écriture n’est plus sacrée, pas plus que l’écrivain. Ecrire est devenu un acte en plusieurs temps, dont fait partie celui/ceux de la réécriture. A travers plusieurs formes que sont la parodie, la répétition, le plagiat, ou encore le mashup, le cours explorera les diverses existences de la réécriture qui sont autant d’enjeux singuliers au service d’un même plaisir : jouer avec les mots.

Les pistes de lecture seront proposées au fil des séances, et feront l’objet d’exercices d’écriture.

Gr 3 : En repartant des analyses littéraires de Gérard Genette dans Palimpsestes où tout texte peut toujours apparaître, sur un plan local (la citation, la référence) que sur un plan global (le pastiche, la parodie, la satire), comme un écho voire une réécriture d’un autre texte (ce qu’il appelle intertextualité), nous essaierons de comprendre ce phénomène de la réécriture, autant dans la littérature que dans les autres arts (notamment visuels), tant sur un plan théorique que pratique. Des exercices de réécriture et de détournements seront proposés dans le cadre de ce cours. A lire : Gérard Genette, Palimpsestes, Paris, Seuil, coll. « Points ».

 

Culture cinématographique

Par l’aventure des mouvements et des réalisateurs (de 1895 à nos jours), nous apprendrons ou revisiterons les principaux éléments chronologiques, terminologiques, et théoriques propres au domaine cinématographique. En fournissant les premiers outils des études cinématographiques, ce cours est destiné, d’une part, à l’étudiant désireux d’élargir sa culture générale et, d’autre part, à l’étudiant désireux d’entamer des études de cinéma.

 

Analyse des objets audiovisuels

Gr. 1 :

Le TD proposera d’analyser différents supports de l’audiovisuel (cinéma, télévision, presse, radio…) et de mettre en avant les techniques propres à chacun d’eux. Nous verrons comment et pourquoi les formes et la présentation des objets audiovisuels dépendent du média dont ils sont issus.

À lire : P. Sorlin, Esthétiques de l’audiovisuel, Paris, Nathan Université, collection « Cinéma et image », 1992.

Gr. 2 :

Le TD propose d’analyser différents types de documents audiovisuels (émissions télévisuelles, films de fiction et documentaires, photographies, etc.). Quelles sont les spécificités de chacun de ces supports. Quels types de représentation sont choisis? A quel public s’adressent-ils ?

 

UEO d’ouverture (X2)

Disciplines aux choix très variés et appartenant à d’autres licences.

 

Le gros point faible de cette licence c’est de ne pas proposer assez de cours sur l’écriture et la littérature. On voit surtout beaucoup de théâtre, de cinéma et de la sociologie sur la culture. En seconde année, nous n’avons presque rien sur la littérature excepté au second semestre. Les cours où on nous demande d’écrire des récits de fictions avec des conditions nous manque grandement. C’était l’un des cours les mieux réussi de toute la première et seconde années.

 

 

Voilà concernant ma licence. Connaissez-vous cette licence ? En possédez-vous une dans votre ville ?

Publicités