logo_265811-1

Titre : La photo qui tue

Auteur : Anthony Horowitz

Lectorat : Adolescent

Présentation :

Un appareil photo d’occasion bien embarrassant, une antique baignoire de fonte d’où s’écoule du sang, un bus de nuit sans passagers, un ordinateur démodé qui affiche des messages inquiétants, un souvenir rapporté de vacances… Neuf histoires à glacer le sang, où la réalité la plus anodine glisse inexorablement vers le cauchemar. Ce recueil est composé des nouvelles suivantes : – La photo qui tue – Bain du soir – Transport éclair – Le bus de nuit – L’horrible rêve de Harriet – Peur – Jeux vidéos – L’homme au visage jaune – L’oreille du singe

Critique :

Chaque nouvelle débute avec un objet banal du quotidien, un ordinateur, une baignoire, un photomaton, une babiole, un appareil photo, une feuille proposant un emploi… tout cela dans le but de la détourner et d’en faire la source, parfois macabre, d’ennuis.

Neuf nouvelles courtes, attachantes, poignantes et vibrantes. Neuf situations à vous donner des frissons car finalement, chaque expérience peut vous arriver ou sont déjàarriver à quelqu’un d’autre au bout du monde, à d’autres époques, à d’autres siècles et avec d’autres mentalités.

Une plume formidable, qui capte l’attention dès la première ligne, au point qu’on ne puisse pas nous détacher l’œuvre avant de l’avoir terminée, à moins d’y trépasser en cours de route. Un auteur dont les talents sont reconnus et approuvés par bon nombre de personnes, enfants comme adultes.

Une lecture excitante et en adéquation avec le thème d’Halloween, autrement dit, la saison des horreurs. Et des horreurs, il y en a dans ce recueil. Pour ma part, cela a été une lecture formidable et d’un rapidité comme je n’en avais plus l’habitude depuis un an. Je me suis envolée je-ne-sais-où et j’ai vraiment apprécié. Néanmoins, j’ai préféré les deux dernières nouvelles, non pour leur horrifiques situation (je ne les ai pas trouvé horrifiques), mais par la situation plutôt comique pour l’une et réaliste pour l’autre. Je crois au paranormal et la situation relatée dans le huitième nouvelle m’a interpellé et j’ai vraiment adoré. Quant à la neuvième et dernière nouvelle, elle était drôle à souhait. La situation racontée n’est pas sympa pour les personnages mais c’est très décalé et la tragédie en devient très comique.

Le degré horrifique varie beaucoup au cours de ce recueil, c’est pourquoi, il est à la portée de toutes les mains. Chacun peut parfaitement y trouver son compte et c’est ce que je trouve grandiose dans un recueil. On ne se lasse pas de trouver et retrouver la même situation, le même ressentis, la même cadence. Un livre que je conseille à tout le monde et qui rentre parfaitement dans ce que je voulais pour les fêtes d’Halloween.

Bonne lecture et bons frissons !

9421-avion-logement-animations-visites-1006x469-1

 

Publicités