Titre : Le message du pendu

Auteur : Peter Aspe

Genre : policier

Lectorat : jeunes adultes/adultes

Citation : « Du temps où la politesse était encore une valeur, les visiteurs se contentaient de deux coups de sonnette. Le premier pour s’annoncer, le deuxième pour vérifier que le mécanisme fonctionnait. Mais tout se perd… »

Présentation :

La canicule frappe Bruges. Van In et Hannelore aspirent au farniente et aux barbecues, mais la découverte d’un véritable carnage dans une villa huppée à proximité d’un canal coupe court à leur programme. Une femme et ses deux enfants ont été sauvagement assassinés. Le mari, principal suspect, est retrouvé pendu. Suicide ? Le cerveau de Van In est en ébullition : la chaleur lui jouerait-elle des tours ? L’assassinat d’une prostituée de luxe, les finances louches du pendu, ainsi que l’étonnante implication de la CIA ne tardent pas à compliquer ce qui semblait être, à première vue, un simple drame familial.

Critique :
C’est un livre que j’ai découvert grâce à Histoires de Romans. Peter Aspe était un auteur que je voulais découvrir depuis un petit moment et évidemment, comme toujours avec Histoires de Romans, je n’ai pas été déçue.

Alors il s’agit d’un récit policier relatant une histoire complexe et particulière. Une famille sauvagement assassinée et dont le mari a été retrouvé pendus. Les enquêteurs pensent tout d’abord à un suicide, signe de regret de la part de l’homme après avoir tuée sa propre famille. Néanmoins, Van In, qui le connaissait pour avoir été son ami, trouve cet acte incohérent et pense, au contraire, qu’il s’agit d’un meurtre préméditée et déguisé.

            Le roman se situe dans la ville de Bruges, les descriptions sont superbes et permettent une visualisation quasiment totale de chaque situation. Les suspects s’enchaînent, nous poussant à émettre des hypothèses. Il y a une espèce de jeu mit en place, obligeant les lecteurs à se faire une idée du coupable, à mettre en place sa propre enquête. Plusieurs d’entre-elles se juxtaposent mais elles sont assez bien menées et distinctes afin que les lecteurs ne s’emmêlent pas les pinceaux. Nous avons ensuite affaire à plusieurs situations propres aux multiples enquêteurs chargés de l’affaire, aux différents suspects et personnages annexes à l’histoire. Là encore, nous ne pouvons perdre le fil.

            On s’attache très vite aux personnages même si certains ont parfois tendance à se montrer très agaçants. On a parfois l’impression d’être devant un vrai feuilleton, installé dans notre canapé, une petite bière (non, une Duvel !) à la main. Ces scènes se visualisent très bien et le dénouement final est assez surprenant. Certains dialogues sont totalement inutiles à l’enquête, même dérisoires par moment mais ils ont tout de même leur importance car ils nous permettent d’apprendre à connaître les personnages et à nous présenter leur état d’esprit. Un couple et un couple, et il peut se passer des tas de choses en son sein.

            En outre, un récit poignant, émouvant et amusant (selon l’humour). La fin peut paraître dérangeante du fait des personnages et de leurs actes mais après c’est une question de perception et de jugement.

            Je recommande vivement ce livre, rapide à lire et très agréable. Peter Aspe a une excellente plume et ses personnages (qui ont des noms souvent difficiles à prononcer voire totalement imprononçables comme celui du médecin légiste) sont peu ordinaires. 

Je lui donnerai la note de 15/20 et le qualifierai de « Belle découverte »
Publicités