Titre : Lola, petite, grosse et au taquet (Tome 4)

Auteur : Louisa Méonis.

Genre : Chick-lit.

Lectorat : adulte.

Citation :

« Les gardes nous conduisent jusqu’à une sorte de fourgonnette et nous poussent à l’intérieur. J’en ai quand même marre de me faire kidnapper ! L’exploration des tanières de vilains ne fait pas partie de mes sorties favorites. J’ai l’impression d’être Dora l’exploratrice version commando…
Comme dirait ma cops :
Allons-y, let’s go ! C’est parti les ami
Ils vont pas trouver leur code de merde
Je sais qu’ils peuvent pas y arriver
Où allons-nous ?
Dans le repaire des vilains !
Où allons-nous ?
Dans le repaire des vilains !
Où allons-nous ?
Dans le repaire des vilains ! »
Présentation :

Moi, c’est Lola. Petite (pas tant que ça). Grosse (aucun commentaire). Et au taquet (je vous aurai prévenu…)Il m’aime. Sexy-Fossettes m’a dit qu’il m’aimait ! Je suis joie, je suis bonheur, je suis félicité !!! Bon, évidemment, un tel amour, une telle passion, ne peut pas être aussi simple. Car depuis que Jerry a débarqué dans ma vie, c’est le gros, le très gros bordel. Enlèvements, séquestrations, interrogatoires et chantage, il y en a pour tous les goûts. Mais surtout, c’est le festival des révélations et certaines, au goût amer de trahison, font vraiment mal. Pas le temps de pleurnicher sur mon sort : je dois agir pour sauver ceux que j’aime. Ça tombe bien, le noir de ma tenue de super Lola me fait un corps de rêve.
Critique :

J’ai acheté le tome 4 grâce à l’application Kindle le jour de sa sortie, soit, le 26 Février 2015 et pour la modique somme de 2 euros 99. Gwendoline et moi étions si fières de pouvoir poursuivre l’aventure avec Lola et puis, alors que tu as l’impression d’avoir seulement commencer à lire pouf ! Voilà que c’est déjà terminé ! Ne parlons pas de la fin tout de suite voyons !

Alors, la couverture n’a pas changé excepté la couleur. C’est simplet, girl et agréable. Nous retrouvons donc notre amie Lola de la même manière qu’elle nous avait abandonnée à la fin du tome 3, totalement paumée. Et notre pauvre Jerry (alias Jérémy Hamlish de base, hein) qui se trouve dans de sacrées emmerdes. Et puis, tout d’un coup, nous nous échappons de l’image du beau gosse qui va sauver sa nana parce qu’elle a des problèmes car avec Lola, tout est inversé. Avec ses jumelles achetées dans un magasin de jouet, ses envies de talkie walkie Hello Ketty et sa tenue ultra sexy de-la-femme-qui-se-la-jouer-pour-aller-sauver-son-copain, elle s’en va jouer superwoman. Tout se passe mal mais ensuite tout se repasse bien. Safia ,que Lola pensait pour celle-qui-a-fait-semblant-d’être-son-amie-et-qui était-une-pseudo-allemande-terroriste (Oui, je veux parler avec des tirets ? C’est bien les tirets… oui c’est bien, ça vous dérange ?) va l’aider alors que sa famille et son chéri sont séquestrés par une blondasse avec un nom de cul et avec des cheveux qui bougent tellement pas que ça fait peur.

Tout au long de la saga, nous avons droit à pas mal de clichés et de stéréotyped de notre société moderne. Le personnage principal lui-même est un cliché. Néanmoins, Lola est vraiment un personnage original. Aux premiers abords, nous pouvons penser qu’il ne s’agit là que d’un banal personnage, en proie aux pulsions sexuelles et avec une vie assez mouvementée. Une vie de fille quoi. Et bien NON ! Lola n’est pas banale et Lola est chouette.

Je suis déçue que la série se termine, mais je suis contente de la manière dont la série se conclue. Quoique… une partie de la fin est tout de même très prévisible, mais c’est loin d’être dérageant. Il y a quand même pas mal de surprises.

C’est vraiment vraiment confirmé maintenant. Cette série est un véritable coup de cœur. Mon premier de cette année 2015. Elle nous tient en haleine du début à la fin avec ses personnages originaux, haut en couleur, avec des personnalités bien définies. Et ces intrigues qui se juxtaposent, il y a de quoi retenir l’attention du lecteur, l’obliger à se poser des questions et à éclater de rire (ou à pleurer de rire, ça dépend de l’humour que l’on a)
Malgré que le sexe soit assez conséquent (dans les 3 premiers tomes néanmoins) je ne pense pas que cette série devrait être considérée comme de la Chick-lit érotique. Je vais sûrement me répéter, mais pour moi, c’est juste de la Chick-lit.

En tout cas, avec Lola on ne passe que des bons moments. Un livre à lire si vous n’avez pas le moral ou si vous voulez vous divertir comme le faut. Un grand moment de plaisir.

Mais il y a juste un petit truc qui me chagrine… pourquoi n’est-il pas en format papier ? Parce que franchement, j’aurais adoré l’avoir dans ma bibliothèque. Je donne définitivement un 19/20 à cette superbe série !



Et vous, qu’en avez-vous pensé ? 
Publicités