Titre : Lola, petite, grosse et exhibitionniste. (Tome 1)

Auteur : Louisa Méonis

Genre : Chick-lit érotique

Lectorat : Adulte

Pages Kindle : 1640          

Edition : Harlequin

Présentation :

Moi, c’est Lola. Petite (pas tant que ça). Grosse (aucun commentaire). Et exhibitionniste (mais toujours par erreur !)Auteur de romans érotiques la nuit et assistante d’une patronne aussi tyrannique qu’anorexique pour une grosse boîte de finance new-yorkaise le jour. Et jusque-là, je m’en sortais pas trop mal. Mais il a fallu que mon big boss décède (l’égoïste !). Hop, Joseph Hamlish n’est plus, vive Jérémy Hamlish ! Alias monsieur le fils héritier qui a débarqué dans nos bureaux, alias monsieur JE SUIS UN DIEU VIVANT. Alors bon, moi, j’ai beau être une fille très bien sous tous rapport, quand on me met dans un ascenseur (ou sur un ring) avec l’incarnation de mes fantasmes, forcément, j’ai tendance à dépasser les bornes des limites. Voire à aller un peu au-delà?

A propos de l’auteur : Louisa Méonis a trente ans, deux enfants, deux chats et un mari. Le fromage et la charcuterie sont ses grandes passions, et elle pratique également la sieste à haut niveau. Elle exerce la profession de comptable.

Critique :

 C’est grâce à mon amie Gwendoline du blog Have a Break, Read a Book que j’ai pu découvrir cette formidable série et je lui en remercie. C’est aussi grâce à elle que j’ai découvert l’application Kindle sur smartphone, une petite merveille qui je conseille au passage à tout le monde n’ayant pas une aversion pour le numérique.

Je préfère le papier, mais cette série n’étant disponible qu’en numérique, je n’ai pas pu faire autrement.Ce premier tome était gratuit en plus ! Les tomes suivant sont à 2,99 euros donc, autant dire que c’est vraiment peu cher le livre. Habituellement, je lis très peu de livre de la maison d’édition Harlequin mais vu qu’en ce moment, je suis en grand manque d’affection (mon chéri n’étant, hélas, que très peu souvent à mes côtés) il faut bien que je me ressource autre part. Et FRANCHEMENT, mais alors FRANCHEMENT, j’ai adoré !

Je n’ai pas aimé 50 nuances de Grey, trouvant l’histoire mal écrite, ne m’étant aucunement accroché aux personnages que j’ai trouvé totalement sans intérêt (les goûts et les couleurs ne se discutent pas, on y est pour rien), j’ai trouvé en cette série, ce que j’aurais attendus de la part de 50 nuances de Grey, le sadomasochisme en moins. Nous découvrons le personnage de Lola Morell et de tout son entourage. Un bout de femme haut en couleur et en folie. On a une bonne dose de sexe, de rigolade, de moments banals et tout ça dans un roman où deux intrigues se juxtaposent. On se retrouve à travers le personnage de Lola, une femme super originale, super girly, mais juste…Wahou quoi ! J’ai adoré Bridget Jones à la télé et depuis que j’ai entamé cette série, j’ai super envie de lire les livres.

Je trouve que chaque personnage a vraiment bien été construit, exploité et mené. On ne s’y perd pas que ce soit dans les conversions, les prénoms, les différents expériences personnelles. Et mon dieu ! On tombe très vite sous le charme de ce Jérémy Hamlish qui est au final un gars bien mystérieux. On n’a qu’une seule envie à la fin de ce premier tome : découvrir ce qui va advenir de l’attirance entre Jérémy et Lola et sur Jérémy en lui-même car il cache bien son petit jeu. (Je vous dis ça parce que j’ai déjà lu les 3 premiers tomes XD)

Par contre, juste quelques petites remarques sur ce qui m’a dérangé ou qui pourrait en déranger plusieurs. Premièrement, à la première apparition du point de vue de Jérémy, j’ai été un peu chamboulée parce que je m’y attendais pas et aussi, sur le coup, ça m’a un peu dérangé. Mais après la seconde apparition, on s’attache à ce que l’on apprend également de Jérémy. Ensuite, il y a une scène avec le père de Safia, la colocataire de Lola et même après avoir lu les 3 tomes on ne sait toujours pas ce que le père est venus faire là tout d’un coup. Je ne vous raconte rien, mais je vous préviens, c’est une scène osée mais qui n’a absolument aucun intérêt dans l’histoire. Du moins, on attend le tome 4 (avec une grande impatience) pour voir si finalement, elle a fait entrer le père pour une raison précise. 

Et ensuite, il y a le fait que Lola ne soit pas si grosse que ça, enfin pas du tout (ça c’est selon le point de vue que l’on a et notre société moderne). A vrai dire, Lola fait 1m59 (moi 1m57) pour 65 kg (je fais plus ou moins le même poids) et je trouve que ce n’est pas gros du tout. Mais bon, après je pense que c’est totalement fait exprès. C’est un excellent cliché de nos sociétés modernes ça. Un kilo de trop et tu es une obèse.

Enfin voilà, c’est vraiment une série que je conseille aussi bien pour ceux qui ont aimé la saga 50 nuances de Grey que celles qui l’ont en horreur. Cette série est vraiment mon premiercoup de cœur de l’année 2015 et pour cela, je lui donnerai la note de 18/20.




Publicités