Titre de l’œuvre : Des amours maudites.

Auteur : Frédérique Arnould.
Genre : Fantasy.

Lectorat : Ados et Adulte.

Citation :

Ma mère m’avait toujours affirmé que le jour de mes seize ans serait l’un des plus beaux jours de ma vie. Et elle ne s’était pas trompée !
Mais elle avait omis de me dire que le surlendemain, je vivrais un véritable cauchemar qui hanterait toutes mes nuits. Comment continuer à avancer quand on a perdu tous ceux que l’on
aime ? À quoi se raccroche-t-on lorsque l’on a un trou à la place du cœur ? À l’espoir d’un nouveau jour ? Non, on se cramponne à celui de se venger.
Présentation :

Alexia est une adolescente comblée, bien qu’elle vive dans un pays menant une guerre contre son voisin depuis de longues années, le royaume d’Argalone.

Quand arrivent ses seize ans, elle choisit de s’émanciper pour partir à la découverte du monde avec l’homme qu’elle aime. Mais un drame inattendu bouleverse tout. Désormais seule, elle doit faire face à la douleur et la colère qui la submergent.

Pour ne pas sombrer, elle choisit de s’engager dans l’armée. Bien que celle-ci soit exclusivement masculine, elle y est acceptée comme apprentie. Placée sous l’autorité d’un capitaine qui s’avère ne pas être ordinaire, elle se découvre elle-même certains dons. Ils lui seront très utiles pour participer à cette trop longue guerre, accomplir la vengeance qu’elle souhaite et, peut-être, cicatriser les blessures de son cœur.

Critique :

 Je remercie encore et toujours Histoire de Romans pour m’avoir fait découvrir ce livre. Il m’avait tapé dans l’œil lorsque je l’ai vu sur les réseaux sociaux, sur les différentes pages Facebook. Je n’ai jamais lu de Fantasy excepté la nouvelle de Kate Dau Auteur pour un concours (je l’ai adoré d’ailleurs) et Des amours maudites a été mon second essai et j’ai bien aimé.

La plume de Frédérique Arnould est très sobre, très simple. J’ai découvert le monde d’Argalone et ses personnages d’une manière tout à fait simple, un peu comme si j’y étais moi-même. Le livre m’a certes tapé dans l’œil, mais ce n’est pas dû à la couverture car je n’ai pas spécialement aimé. Les couleurs sont belles mais les dessins ne me plaisent pas vraiment. La représentation du personnage d’Alexia passe, mais l’autre, beaucoup moins.

Les dialogues sont au nombre juste. Cependant, je trouvais que par moment les dialogues ne servaient pas à grand-chose et à d’autres moments, je trouvais qu’il n’y en avait pas assez. A vrai dire, le seul gros point faible de ce roman c’est que les actions se déroulent trop rapidement. L’histoire est trop rapide et il n’y a pas assez de moment « apaisants ». Les évènements se déroulent trop rapidement au point qu’on en perd parfois le fil. D’ailleurs, il m’a fallu revenir en arrière deux ou trois fois pour tout comprendre. C’est vraiment le gros point faible de ce livre. Le rythme des actions est, en résumé, bien trop rapide. Néanmoins, excepté cet aspect, le livre est superbe. J’ai eu quand même un eu de mal à m’attacher aux personnages à cause du rythme du récit. Je m’y suis attachée que vers la fin, lorsqu’on découvre certaines choses qui vont chambouler l’existence de cette jeune fille.

La fin est absolument horrible dans le sens où je ne supporte pas qu’un livre se termine dans un moment si important dans l’histoire. Ça nous laisse un sentiment étrange au fond de la poitrine mêlé à une incroyable volonté de connaître la suite.

Je ne suis pas déçue par ce livre, débutant dans la lecture du Fantasy, mais le fait que le rythme soit trop rapide peut ralentir la lecture. Heureusement que la fin relève un peu le tout. Frédérique Arnould est vraiment un bon auteur et j’espère que ce mauvais point ne sera pas présent dans le second tome. Ce serait vraiment dommage pour la saga.

Je conseille ce livre à tout le monde. Il se lit très rapidement et facilement. C’est une lecture agréable et convenable à toutes les paires d’yeux.

Je lui donnerai un 14/20 car le rythme m’a vraiment dérangé.

Et je qualifierai ce premier tome de Prometteur. 
Publicités