Titre du livre : Cinq pas sous terre.

Auteur(s) : Vanessa Terral.

Genre(s) : Fantastique.

Lectorat(s) : Adulte.

Citation :

« – C’est que si tu ne manges pas ce bout de chiffon jusqu’à son dernier fil, tu ne seras pas tout à fait de retour chez les vivants. Tu continueras à te décomposer, lambeau par lambeau, tes organes se putréfiant en une bouillie infecte. Alors, si tu ne veux pas devenir un cadavre ambulant, il te faut m’obéir. Lorsque tu auras accompli ta tâche, je te le rendrai. 

La pouffiasse! »

Présentation :

Début de l’été, près de Toulouse. Jabirah se réveille dans une cave, malade et incapable de faire un geste. Une femme ne tarde pas à la rejoindre. Elle dit s’appeler Muriel et être une engeôleuse d’esprits, une sorte de médium dont le but est de protéger l’harmonie entre les ombres et les humains. Cette illuminée propose à sa prisonnière un marché qui ressemble plutôt à un chantage : la servir, en échange de quoi elle lui rendra son suaire. Paraît-il que Jabirah est une mâchonneuse de linceul, un vampire nouveau-né dont le corps va pourrir si elle n’ingère pas régulièrement des bouts de son drap mortuaire, et cela jusqu’au dernier fil. Quant à ce que Muriel demande en retour, c’est simplement de tuer un engeôleur fou qui veut réveiller le passé de la Ville rose. A côté de ça, Jabirah doit faire face à son créateur et à ses nouveaux pouvoirs, toujours plus grandissant, ainsi qu’à ses propres envies.

Critique :

Je remercie chaleureusement Histoire de Romans de m’avoir envoyé ce feuilleton littéraire qui a été une très grande découverte pour moi. Dans ma licence en Lettres, on parle de feuilleton littéraire comme datant d’une certaine époque. Bien que cela soit à la base présent dans la presse, je suis tout de même  surprise et contente d’avoir eu à faire à ce genre de format.
J’aime beaucoup la couverture de ce feuilleton avec le visage du personnage principal : Jabirah. Le récit est très apprécié car la plume de l’auteur est assez jeune, moderne et très proche du langage parlé. Les dialogues sont en nombre correct, juste assez pour nous faire évoluer dans l’histoire. Les différentes actions du récit s’enchaînent bien, nous ne sommes ni haletant ni ennuyé durant la lecture. Le rythme est comme il faut. Le personnage de Jabirah est très proche des jeunes lecteurs, son vocabulaires est parfois légèrement trop puéril. Il y a parfois de grosses répétitions au niveau de certaines expressions comme « Wesh » ou encore « Wallah ». Des répétions qui ne sont pas dérangeantes en soi, puisqu’elles participent à l’action,  expriment la personnalité et les origines du personnage principal.
J’ai été également surprise par le personnage de Jabirah en lui-même. Je n’ai pas l’habitude de lire des livres où le personnage féminin est lesbien. Ça apporte une touche d’originalité (contrastant avec mes lectures habituelles) dans l’originalité même du récit. Celui-ci met en avant une mangeuse de Linceul (je n’avais encore jamais eu affaire à ce genre de chose durant mes précédentes lectures), des créatures fascinantes dans la manière avec laquelle elles sont décrites, des paysages aussi changeant que décalés ainsi que des engeôleurs. Nous sommes face à un récit vampirique totalement revisité et très bien exploité.
Néanmoins, le récit bonus peut très vite lasser. Il aurait peut-être fallu l’éviter ou terminer la fin du feuilleton d’une autre manière pour que le récit bonus soit mieux accueilli. Jabirah est lesbienne, c’est une approche intéressante, mais le personnage de Muriel ne semble pas être d’accord avec ça et pourtant, dans le récit bonus, on a la terrible impression que le personnage de Muriel change d’avis un peu trop vite. Du moins, ce n’est qu’une impression parmi tant d’autres. Cela dit, excepté ce point-là, il n’y a rien à redire. Ce feuilleton se lit extrêmement vite et est très agréable lorsque l’on a besoin de se changer les idées.
Je le conseille vivement et lui donne un 16/20 car on s’attache très vite aux personnages et on rigole bien. Du moins, pour ma part, il y a des moments où j’ai bien rigolé, surtout au début. Le personnage de Jabirah reste très jovial malgré sa situation et l’environnement dans lequel elle évolue.

Je qualifierais donc ce feuilleton comme étant Intriguant.
Publicités