Titre de L’œuvre : Le Chuchoteur.

Auteur(s) : Donato Carrisi

Genre : Thriller

Citation :

« Combien coûte l’âme d’un homme ? » se demanda Mila. Parce que dans le fon, c’est bien de cela qu’il s’agissait. Qu’un être humain découvre être de nature méchante, n’avoir de plaisir qu’en tuant ses semblables, passe encore. Pour lui, il y a un nom : assassin, ou tueur en série. Mais les autres, ceux qui sont près de lui et qui n’empêchent pas tout cela, qui vont même jusqu’à en tirer profit, comment les définir ? 

Présentation du Livre :
Cinq petites filles ont disparu.

Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.

Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.

Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

Critique :

Je me suis procurer ce livre dans une brocante pour la modique somme de 2euros. Comme j’adore les brocantes, on trouve plein de merveilles de ce genre. C’est d’ailleurs après avoir vu que le deuxième tome était sortie que je me suis décidée qu’il valait mieux que je me lance tout de suite, pour les fête de Halloween, vu que ce livre avait l’air glauque de prime abord.

Après des débuts difficiles en raison de mon manque de temps, je me suis lancée dans la lecture, dans cette aventure à vous couper le souffle et je n’ai pu m’arrêter qu’à la fin du livre, à 4h du matin. Plusieurs intrigues dans un même livre, ça fait des thriller de grande exception pour moi, surtout quand c’est bien dirigé. Ce livre m’a dupé : j’étais tellement surprise à la fin de ma lecture. Je ne pensais vraiment pas… je ne spoile rien.

C’est une lecture qui vous tient en haleine du début à la fin, vous enfermant dans un étau duquel vous ne pourrez vous libérer qu’à la lecture du dernier mot. Dieu se tait. Le Diable murmure… c’est vraiment accrocheur et ça prend tout son sens lors de la lecture. C’est encore plus prenant lorsque ça concerne des enfants. Durant Halloween, je suis sans scrupules et j’ai tendance à lire tout ce qui concerne les meurtre sauvages, les crimes, les massacres avec des enfants. Il y a des moments où on a tous besoin d’étancher sa soif. Parfois je me dis que nous ne sommes pas si différents que tous ces horribles criminels, sauf que nous, nous connaissons parfaitement nos limites alors que les criminels l’ignore délibérément.

Ce livre a une approche psychologique, médical très renseignée, très instructive. On se sent initié dans l’affaire, on se sent comme… comme un enquêteur, parlant au livre pour répondre aux questions des personnages. Une manière d’interagir, de mieux cerner l’enquête, de la comprendre et d’essayer de la résoudre par nous-même. Mila est un personnage intéressant et touchant. On apprend à la connaître au fil des pages et on comprend peu à peu le secret qu’elle cache avant qu’elle ne l’avoue d’elle même.

Chaque phrase dites, chaque dialogue a un sens particulier durant toute l’enquête, mais on ne le comprend parfaitement qu’à la fin de la lecture, lors de la révélation, lorsque les masques tombent, lorsque la vérité éclate enfin et qu’on comprend que parfois, vaut mieux éviter de trop s’attacher car on peut être blessé.

C’est vraiment un thriller que je conseille. Lancez-vous dans l’aventure sans attentes, les yeux fermés, vous allez adorer. C’est vraiment génial de se sentir impliquée dans un roman. C’est d’ailleurs pour cela que je donne un 19/20 à ce thriller. Son auteur est un maître et j’ai une hâte indescriptible à l’idée de lire le second tome.

Publicités