Titre de L’œuvre : Divergente – Tome 3
Auteur(s) : Veronica Roth.
Genre : Science-fiction.
Citation :
«Avant, j’étais terrifiée à l’idée qu’on continue à se heurter encore et encore si on restait ensemble, et que ces chocs finissent par me briser. Maintenant, je sais que je suis une lame et lui pierre sur laquelle je m’aiguise.
            Je suis trop solide pour me briser aussi facilement, et je m’améliore et m’affûte un peu plus chaque fois que je le touche.»
Présentation du Livre :
Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-factions mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s’échapper. Le monde qu’ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu’on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d’une expérience censée sauver l’humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l’humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?
Critique :
J’ai commencé le tome 3 entre minuit et 4h du matin et la fin ma laisser penaude, tremblante, les larmes aux yeux. Cette fin me choque, elle me révolte, elle me met en rogne parce que je pensais vraiment qu’ils allaient s’en sortir, heureux et ensemble. Tout au long du tome, je me suis tenue à cette idée, j’ai espéré, les ai imaginé main dans la main en regardant l’horizon, se disant qu’ils avaient réussis et que tout était enfin terminé.
Bien que la fin corresponde parfaitement à la situation et à la personnalité de Tris, je suis déçue et peinée de voir Tobias anéantis. Je me suis imaginée tellement de belles choses entre eux après tout ça. Ils étaient jeunes et amoureux. Ma première question : Pourquoi avoir fait ça ? Pourquoi avoir tué Tris et briser un couple aussi soudé ? Puis, au final, je comprends. C’est une fin choquante, mais une fin totalement à l’image de ce qu’était Tris. D’un côté, j’espère que le film ne se terminera pas comme ça, puis, au fond, ce serait ne pas être fidèle au livre. Mais je trouve qu’ils sont déjà tellement peu fidèle au livre pour le tome 1, que je pense qu’ils vont faire vivre Tris. Peut-être en lui faisait énormément de mal, peut-être en la infligeant un handicape ou une blessure à vie, quelque chose comme ça, mais pas la mort. L’espoir fait vivre.
J’ai trouvé que l’épilogue avait sa place. Ça nous a montré que Tobias allait de l’avant, qu’il avait de projet d’avenir sans pour autant oublier ce qu’avait été Tris à ses yeux. Je n’ai pas envie de la voir mourir dans le film. D’habitude, je suis quelqu’un de sadique, mais j’aime pas faire mourir les personnages auxquels je suis le plus attachée. Les faire souffrir, pas grave, mais les tuer, c’est une autre affaire.

Je remercie profondément Veronica Roth pour cette saga poignante, intrigante et bouleversante. Je donne un 16/20 à ce tome parce que je n’aime pas la mort de Tris, même si elle est justifiée. Je ne peux l’accepter. 
Publicités