Titre de l’œuvre : Evernight – Tome 1.
Auteur(s) : Claudia Gray.
Genre : Fantastique – Romance.
Citation :
«  Je te protégerai de tous les danger, pensai-je. Même si je dois te protéger de moi ».
Présentation du Livre :

Depuis son arrivée à Evernight Academy, Bianca n’a qu’une envie: fuir. Dans cette école prestigieuse aux allures de manoir gothique, où les élèves sont tous parfaits et prétentieux, Bianca n’est pas à sa place. Pire, elle se sent en danger. Un jour, elle rencontre Lucas. Lui non plus ne correspond pas aux critères d’Evernight. Il est différent, indépendant, et malgré ses airs provocants sa présence la rassure. Rapidement un lien indéfectible se tisse entre eux. Mais la menace persiste. Ici tout n’est qu’apparence et, un à un, des secrets se dévoilent. Lucas serait-il un vampire ?
Critique :

C’est un premier tome et une série que je ne connaissais absolument pas. Pas même l’auteur. Je l’ai trouvé par hasard dans le magasin Relay de la gare de ma ville. Il y a pas mal de bons livres là-bas.
En premier lieu, c’est la couverture du livre qui m’a attiré. Elle était très voyante (par rapport aux livres contemporains qui l’entouraient) et très jolie. La première question que je me suis posée en la voyant c’est : mais qui est représenté sur la couverture ? C’est d’ailleurs assez troublant vu que ça ne correspond pas au personnage principal, Bianca, qui est rousse.
Claudia Gray a une jolie plume et beaucoup aimé la manière dont elle raconté les choses. Bianca et Lucas sont des personnages très intéressants et touchants. Néanmoins, je trouve que leur relation amoureuse commence un peu trop vite à mon goût, mais ce n’est qu’un détail. Les autres personnages sont eux aussi très intéressants, on sait d’officie ceux que l’on doit apprécier ou non et je dois dire que Mme Bethany doit bien cacher quelque chose. Ce personnage me fout régulièrement en rogne.
J’aime beaucoup l’atmosphère qui pèse dans ce bouquin ; les interrogations à répétitions, l’aspect sordide de ce pensionnat pas comme les autres… Durant la première partie du livre, on ne fait aucunement allusion aux vampires, mais on s’en doute étant donné que l’auteur le mentionne dans la quatrième de couverture. D’ailleurs, ce premier tome a un sérieux défaut que je ne peux négliger. Durant toute la première partie du bouquin, Bianca ne fait aucune allusion aux vampires, simplement au fait qu’elle déteste Evernight puis, tout à coup, comme par magie, elle nous raconte que ses parents et la majorité des élèves et professeurs sont des vampires, qu’elle boit un verre de sang tous les matins, qu’ils lui raconte leur passé, leur époque et ainsi de suite. Il y a plusieurs incohérences qui peuvent rendre la lecture légèrement difficile. Moi, ça m’a sérieusement déranger sur le coup (dans le genre « What the fuck !?), mais après, on se laisse rapidement entraîner par les péripéties de nos personnages.
Ce roman est assez original en soi avec la condition des vampires, leurs interdictions, leur règlement au sein du pensionnat et au fait qu’ils puissent fréquenter des humains. Ça peut cacher des choses tout ça, mais c’est très intéressant.
Malgré le gros défaut cité plus haut, ce premier tome reste en tome avec une histoire vraiment sympas, de bons personnages et une bonne romance (un peu rapide au tout début, certes, mais bon). Claudia Gray a su, je trouve, surpasser ses erreurs avec l’histoire et les gros problèmes qu’engendre cette liaison.
Moi qui adore Roméo et Juliette, il est vrai que je les retrouve un peu dans ce roman. Nos deux tourtereaux ont un certain comportement qui me fait penser à Roméo et Juliette. Mais bon, rien ne surpassera l’œuvre de Shakespeare.

Je donnerai une note de 13/20 à ce roman et je le conseille à ceux ou celles qui veulent passer un bon moment de lecture. 
Publicités